vendredi 31 mars 2017

TransBoy - parcours & représentations - Journée de la Visibilité Trans



16 commentaires:

  1. *fait un gros câlin*
    Merci pour ton témoignage Laurier :)
    Je m'empresse de le partager à des amis en questionnement <3

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. *prends le câlin*
      Merci à toi! Je suis content que cela puisse servir <3

      Supprimer
  2. Merci pour ce beau témoignage, très émouvant! J'ai une petite question mais j'espère qu'elle n'est pas offensante (le but n'est clairement pas là en tout cas). Le point de vu "radical feminist" présenté ici parait en effet tout à fait stupide mais je me demande tout de même l'impact de la construction du genre/sexe dans la société pour les gens en transition.. Ne faudrait-il pas nous concentrer sur faire évoluer l'importance du genre dans la société? par exemples nous étions dans une société où le genre avait moins d'importance : une société par exemple ou des stéréotypes machistes tels que "les filles ne jouent pas au foot avec les garçon", "les filles doivent s'épiler et s'habiller de manière "féminines" pour avoir des relations amoureuses", et d'ailleurs "les fille doivent sortir avec des garçons" (ces stéréotypes dont tu parles justement dans ton histoire), n'auraient pas lieu, une société où, comme le disent les personnes que tu cites plus haut « boys can have different bodies », et où tous les gens peuvent choisir de mettre des jupes s’ils le veulent, s'épiler ou se maquiller si ils veulent. Est-ce que dans ce type de société, transitioner reste nécessaire? Bon je crois que mon explication n'est vraiment pas claire du tout et je m'en excuse. J'espère aussi qu'elle n'ait pas blessante, je suis bien au courant de ma très grande ignorance dans ce domaine.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou, Kaya, femme trans, je veux bien faire le mardi pédagogie ! Mais attention ce sera pas tous les jours ;)

      Je précise avant tout que je parle en mon nom seulement. Au cas où !

      Ta question est pertinente mais ma réponse serait quand même plutôt « non » :D

      Je m'explique : tu parles d'expression de genre en disant que si on avait toustes exactement les mêmes possibilités on serait « libres du genre » (si j'ai bien compris). Tout d'abord, ce n'est pas l'expression (fringues, gestes, attitudes, occupations) qui font une identité de genre. L'identité (toujours selon moi attention), c'est comment je me sens par rapport à des idées de masculinité, de féminité, que j'ai intégrée de manière tout à fait subjective. Le fait de libérer une expression, est-ce que ça fait disparaître les notions de féminité, de masculinité ? Je ne pense pas. Ce qui me paraît possible en revanche, dans un monde utopique, c'est que ces notions-là soient intégralement découplées des rapports de domination et des questions de corps.C'est des choses que je vois pointer en non-mixité trans parfois et c'est très très beau ! :)

      Deuxièmement et c'est là l'argument qui est souvent un peu agaçant: « Ne faudrait-il pas nous concentrer […] » …

      Sur la question trans (je te suppose cisgenre vu comme tu as posé.e la question), tu te situe apparemment du bon côté des oppressions. Cool pour toi ! Comme tu n'est pas victime de transphobie, en tant qu'allié.e tu as tout intérêt à bosser sur l'importance du genre et à changer sa signification binaire et hyper déterminante socialement. Super !

      Nous par contre on a aussi le droit de se concentrer sur le fait d'être reconnu.e.s et respecté.e.s dans nos identités. On se fait du bien, on se prend le droit et le temps d'être moins opprimé.e.s et avec le temps qui nous reste, ne t'inquiète pas : nous aussi on en a marre de la vision du genre patriarcale et transphobe ;)

      Donc voilà, si j'ai un conseil en résumé, c'est bien de te poser des questions, mais c'est plutôt bof de délégitimer les trans en réduisant le genre au rôle de genre et donc au sexisme. C'est ce que font, en assez brutal, les TERF, et je te préfère de notre côté.

      Merci, si une personne trans trouve que j'ai dit du caca sur la transitude n'hésitez pas à me reprendre ! J'ai une grande bouche donc je bavasse, mais j'ai aussi des grandes oreilles pour rattraper.

      Supprimer
    2. Merci beaucoup d'avoir pris le temps de me répondre, je m'excuse à nouveau d'avoir mal exprimé ma question.. Je ne voulais pas du tout dire par " Ne faudrait-il pas nous concentrer » qu'il fallait légitimiser la transphobie ou déligitimiser le combat des personnes trans pour être reconnues et acceptées, non vraiment ce n'est pas du tout ce que je voulais dire!! :-/ Je vais essayer d'être plus claire.. J'ai vu au début de ce post de blog que l'auteur disait qu'etant enfant il n'avait pas souffert de dysphorie grace à l'éducation disons "post genre" de ses parents (ce n'est probablement pas le bon terme). Mais que par contre la société genrée l'avait fait souffrir de disphorie par la suite. Donc je me demandais si on pouvais espérer que dans une société ou le genre perde son importance (on a du boulot je sais),la soufrance liée à la disphorie disparaisse. Donc je voulais dire par "ne faudrait'-il pas se concentrer" que peut être il y avait une tache de le coté là pour les personens cis : travailler à "dégenrer la société"(en plus évidemment d'accepter et de respecter toutes les personnes transgenre ainsi toutes les personnes du spectre LGBTQ+, mais ça ça me paraissait une "tâche" d'humanité de base, qui allait de soit que tout le monde doive le faire évidement).

      Supprimer
    3. Merci Anonyme pour ton com'
      et
      Merci Kaya d'avoir pris le temps de répondre! :)

      Je rajouterais aussi que quand on fait des recherches du côté de l'ethnologie on se rend compte que la notion de genre et de transidentité, est aussi vieille que l'humanité elle même. Pour résumer, notre société blanche européenne est profondément binaire et à détruit pas mal de culture ou la diversité de genre était célébré, en les colonisant.

      @ Anonyme quand tu parles de société ou "le genre aurait moins d'importance" tu confonds en fait avec les injonctions et les stéréotypes liés aux genres :)

      " J'ai vu au début de ce post de blog que l'auteur disait qu'etant enfant il n'avait pas souffert de dysphorie grace à l'éducation disons "post genre" de ses parents. Mais que par contre la société genrée l'avait fait souffrir de disphorie par la suite."

      Alors en fait ce n'est pas ça ^^
      Mes parents m'ont toujours dit que j'étais une fille, m'ont genrée comme une fille et elevé "comme une fille" (et je peux t'assurer que c'est le cas, quand j'ai fait mon CO ça à été rude) mais sans les stéréotypes associés, ou en tout cas très peu.

      Sauf que pour moi je n'entendais pas ça comme ça. En gros je savais qu'il y avait des filles et des garçons (BD/tv/films...etc) mais je n'avais pas compris qu'on me voyait comme telle et qu'il avait été décidé à ma naissance de faire partie de cette première catégorie.

      Ce qui m'a causé de la dysphorie ce n'es pas les injonctions à la féminité, c'est qu'on pense que j'étais une fille. Alors que j'étais un garçon.

      Et comme je l'explique dans les cases d'apres j'avais au contraire une immense admiration pour les femmes, j'en tombais amoureux, je les respectais, je les trouvais incroyable (toujours actuellement) et ce en faisant fi des stéréotypes :)

      Supprimer
    4. En fait pour que la dysphorie disparaisse il ne faut pas qu'on supprime le genre, mais qu'on supprime les stéréotypes nocifs qui y sont associés ainsi que la transphobie, le sexisme, le cissexisme :)

      Par exemple je suis un homme trans mais j'adore les chemises à dentelle et à jabot, les souliers vernis, mes longs cheveux, les bagues, les redingotes..etc (tout ceci correspond à l'expression de genre)

      J'ai décidé de transitionner car j'ai toujours été un homme mais je ne me reconnait pas dans les stéréotypes virilistes nocifs associés à la masculinité.

      Tout comme une femme cisgenre ne sera pas moins une femme si elle se coupe les cheveux court et porte des pantalons et des t-shirts. ;)

      (je ferais une note de blog la dessus)

      Supprimer
    5. Merci beaucoup d'avoir répondu! En effet je n'avais pas compris la différence entre genre et stéréotype de genre, hate de lire ta prochaine note dessus et merci pour ton blog!

      Supprimer
  3. Hahaha, effectivement, c'est une explication confuse. Vous pouvez répéter la question?
    Il existe des "milieux" plus ouverts que d'autres, c'est certain. Il y a tellement à faire encore pour être vraiment soi même, ce n'est pas indépendant des autres, c'est en interaction avec les autres, avec bienveillance, forcément. Commençons tout de suite. Merci pour ce blog courageux. Amicalement.

    RépondreSupprimer
  4. aaaah c'est trop fou ;w;
    J'ai l'impression qu'on a eu presque le même parcours, sauf que je me suis retrouvé à vivre tout seul à dix-huit ans et le déclic s'est fait plus vite, du coup. J'ai un peu écourté la phase de dépression ='D
    Maintenant je porte fièrement mon sweat-shirt licorne, mes bagues et mes boucles d'oreilles en envoyant ma psy se faire nettoyer le cerveau lorsqu'elle me sort des trucs du genre "mais commet ça, vous êtes féministe et vous voulez devenir un homme ? (sic)" .
    Merci pour cet article <3
    Plein de chatons et de câlins non-oppressifs.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Haha j'avoue je suis passé à 17 ans de vivre avec ma mère à vivre avec un de mes exs, j'aurais préféré avoir le déclic plus tôt ^^

      Bien fait pour ta psy! :P
      (tu peux pas en trouver une autre? :'/ )

      Merci à toi pour ton commentaire! <3
      Je prends les chatons et les câlins ^_^
      et te donne pleins de soutiens et de bébés licornes fluffy

      Supprimer
    2. j'ai cherché une autre psy, mais j'en trouve pas x') je vais essayer d'écourter un peu ce calvaire x')
      C'est marrant parce que j'ai une amie qui m'a filé le lien vers ton tumblr de témoignage, et je me disais "c'est chouette comme idée, mais heureusement j'ai pas encore vraiment souffert de transphobie donc j'ai pas vraiment de témoignage" et en fait... les praticiens qui m'entourent depuis ma transition sont un peu des perles à elle-eux touste seuls malheureusement. ça reste soft mais c'est assez révélateur. donc, mes témoignages sur ton tumblr... coming soon.
      awwiiiiiii des bébés licornes fluffyyyyyy <3
      je suis tellement content d'être un mec girly après avoir passé des années à pas comprendre pourquoi j'arrivais pas à être une butch malgré tous mes efforts ._.

      Supprimer
    3. Ho pas cool :(
      Tu me dis que t'as pas vraiment souffert de transphobie, mais là ce que tu me disais sur ta psy, ça peut totalement coller! Et même si c'est "soft" c'est pas grave, tous les témoignages sont important. Il n'y a pas de petite violence.

      Mais oui!
      Le jour ou j'ai compris que je pouvais être un mec trans féminin = mind blown + épiphanie X 1000
      Sans doute pour ça que j'aime les vampires dans Anne Rice d'ailleurs, le côté "je porte de la dentelle et je suis raffiné, mais je suis un mec"

      *High Five de paillettes d'homme*
      Tiens ça me fait penser à un com' que j'ai lu sur fb ou des hommes trans parlaient d'eux comme des "Fairy" ou des "Elves" :D <3

      Supprimer
  5. Salut à toi, fils du fripon renard!
    Je viens t'écrire quelques louanges et confidences dans ce coin d'internet, venant tout juste de découvrir tes illustrations. Je me permet tout d'abord d'exprimer ma satisfaction de voir s'exprimer un homme trans aux cheveux longs (VIVA!) et ma stupéfaction quant à la ressemblance de nos parcours.
    J'ai dix hivers de moins que toi, mais me suis comme toi plongé/e neck down dans le metal depuis une petite dizaine d'années (KRIEG KVLT KOLD AND VNICORNS), et ai pratiqué quelque peu le viet vo dao (et abandonné pour cause d'un déménagement inopportun, ô tristesse).
    Je suis également enfant unique élevé par une mère forte n'ayant pas insisté à me conformer au binaire du genre ; j'ai vécu un début d'adolescence assez indéfinie, et adopté une manière d'être plus sombre - mais féminine - au lycée (pas de questionnement accessible pour moi à cette époque), puis en post-bac rapidement abandonné divers conditionnements/conventions tels l'épilation, le maquillage, le fait de devoir porter autre chose que le casual treillis-tshirt-rangos.
    Et puis de fil en aiguille j'ai (assez récemment) commencé à envisager la possibilité d'être trans. Je suis depuis certain/e d'être non-binaire (c'est juste un mot concret posé sur quelque chose qui fait partie intégrante de moi, au final) mais pas encore décidé/e dans l'immédiat à affronter la transition et le coming out... J'ai un peu peur quant au fait de passer de "fille(?) hétéro" à "mec gay/pan", et dans mon fief paumé à l'Ouest des terres de l'Ouest, solitaire comme je le suis, je ne sais absolument pas vers où / qui me tourner pour commencer d'éventuelles démarches, seraient-ce-t-elles le fait de chercher un psychologue trans-friendly.

    Du coup, voilà, un grand merci de partager tes expériences, ça fait plaisir à des machins comme moi, et pour le peu que j'ai vu (je vais explorer et aller te suivre sur le caveau de l'internet qu'est tumblr) t'as l'air d'être un gars sacrément cool. Pis ton style est sympa. Keep going on. Merci.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hello WormWood!

      Déjà je suis extrêmement flatté par toutes ces louanges, qui sont un réel délice tel du -faux miel vegan- à mes yeux.
      Effectivement la similitude est impressionnante! C'est rare de rencontrer une personne trans métalleux-se élevé-e par une féministe et qui à fait du viet vo dao :D . #CheveuxLongPower

      Quand tu dis "à l'ouest de l'ouest" tu parles de la Bretagne? Parce que moi je crèche dans le Morbihan.
      Je connais pleins d'assos et de gens-tes cools à Rennes et à Nantes, si jamais tu veux qu'on en discute tu peux me contacter sur mon fb pro ou perso comme tu veux :)

      Cela fait du bien de savoir que je peux toucher les gens-tes
      Qu'on est pas tous-tes seul-e
      Qu'on peut se soutenir les un-es les autres
      Merci à toi pour ton retour <3 <3 <3

      J'attends de tes nouvelles :)

      Supprimer